Inscrivez-vous à notre liste d'envoi! Vous receverez des mises à jour de la Monnaie par courriel

Cliquez sur OK pour recevoir des courriels de la Monnaie et ne jamais manquer nos nouveautés!
Inscription annulable en tout temps.

Imprimer cette page

Pièce en argent fin - Série des locomotives canadiennes : La D-10 (2011)

Flash

10000
79,95 $CAN
 

Le nom de la locomotive figure fièrement sur la tranche.

Particularités :
Le riche patrimoine ferroviaire du Canada prend vie à nouveau sur cette magnifique pièce en argent pur, au motif gravé à la manière d’antan, avec toute la profondeur et la perspective que procure le fini épreuve numismatique. Le nom inscrit sur la tranche est un autre trait caractéristique auquel ne saura résister l’amateur de trains, quel que soit son âge.

Motif :
Imposante silhouette de la locomotive D-10, avec son matricule bien visible sur le devant de la chaudière et son phare distinctif en demi-lune.

Un « cheval de fer » pour desservir le Canada
Depuis le débarquement des premiers Européens sur la côte est, il n’est pas aisé de transporter les gens et les biens à travers le Canada. Ceux qui s’aventurent à l’ouest disparaissent durant des mois, sinon des années.

Même après que les premiers avant-postes ont fait place à des villes et des villages, il demeure ardu et surtout long de voyager de l’un à l’autre. Mais au 19e siècle, un événement va révolutionner la vie de tous les jours : des rails de fer se mettent à serpenter à travers le continent, brisant l’isolement qui afflige tant de collectivités. Jamais il n’a été aussi facile d’amener un passager ou une marchandise du point A au point B.

Pendant près de 60 ans, c’est sur la locomotive D-10 que repose le transport ferroviaire. Entre 1905 et 1913, le Canadien Pacifique en construira 502 en tout. Si les premières font la liaison entre Sudbury et Winnipeg, on en voit bientôt dans les gares de marchandises d’un océan à l’autre. Cette imposante machine à 10 roues est polyvalente : elle transporte des marchandises, bien sûr, mais aussi des passagers et elle sert à la pousse et à la manœuvre dans les cours de triage. Pendant trois décennies, plus d’une locomotive sur sept dans le réseau est une D-10, avant qu’on ne les retire graduellement du service entre 1938 et 1960.

On l’aime parce qu’elle est fiable et de conception simple. Aux caractéristiques des locomotives du 19e siècle, elle ajoute les innovations de l’heure, comme le piston-valve et la commande de soupape simplifiée. Le Canadien Pacifique s’en sert aussi pour mettre au point son surchauffeur, un dispositif économe d’énergie qui se répand bientôt sur tous les chemins de fer d’Amérique du Nord.

Reconnaissable à son phare en demi-lune conçu par le Canadien Pacifique, un exemplaire (matricule 999) est conservé au musée ferroviaire Exporail de Saint-Constant, au Québec. La D-10 est le dernier sujet de la populaire série Grandes locomotives canadiennes.

Lire la description complète