Pièce de 5 kilogrammes en argent pur - Charles Edenshaw : Coffre en argilite - Tirage : 100 (2016)
MONEY BACKGUARANTEE100%REMBOURSEMENT GARANTI100%

TIRAGE ÉPUISÉ À 76 %! Pièce de 5 kilogrammes en argent pur – Charles Edenshaw : Coffre en argilite – Tirage : 100 (2016)

Follow us on YouTube Imprimer cette page

TIRAGE ÉPUISÉ À 76 %! Pièce de 5 kilogrammes en argent pur – Charles Edenshaw : Coffre en argilite – Tirage : 100 (2016)

10 699,95 $CAD
Tirage : 100
STATUT :
Seulement au Canada et aux É.-U.
TIRAGE ÉPUISÉ À 76 %!

Le tirage des pièces précédentes de la série est ÉPUISÉ! Voici un chef-d’œuvre fait de cinq kilogrammes d'argent pur! Commandez votre exemplaire dès aujourd'hui!

Ce chef-d'œuvre de cinq kilos vous fait découvrir l'un des plus beaux ouvrages du Nord-Ouest du Pacifique, le coffre en argilite de Charles Edenshaw (1839-1924), artiste de renom et ardent défenseur de la culture haïda. En combinant relief exceptionnel et finis multiples, nos maîtres graveurs ont su reproduire la figure centrale de l'œuvre originale, un visage de lion aux traits humains, et aux lignes de contour caractéristiques de l'art haïda.

Ce chef-d'œuvre sera l'étoile de votre collection des années durant! Commandez votre exemplaire dès aujourd'hui!

Caractéristiques particulières
  • UNE PREMIÈRE À LA MONNAIE! Le sublime coffret de collection est une première à la Monnaie royale canadienne, tout comme la capsule circulaire qui renferme la pièce elle-même! Fait de bois à fil enchevêtré, il porte le logo de la Monnaie, et sa conception vous permet de mettre en valeur la grande beauté de votre pièce comme bon vous semble. Vous pouvez ainsi exposer la pièce dans le coffret même – une fenêtre ronde en acrylique aux dimensions parfaites a été taillée dans le couvercle – ou l'insérer dans le cadre sur mesure qu'il contient. Quant au certificat de la pièce, un carré de 20,32 centimètres (8 po) de côté, il se situe sous le compartiment de présentation, dans un tiroir spécial à ressorts. L'intérieur du coffret, entièrement recouvert par flocage, a l'aspect du velours noir. Le coffret est inséré dans un boîtier personnalisé et livré dans une boîte d'expédition protectrice NanukMC faite au Canada.
  • INSPIRÉE D'UNE ŒUVRE DE 1882! Le motif de la pièce met en valeur la remarquable figure de lion qui orne l'un des coffres en argilite sculptés par Charles Edenshaw, lequel date de 1882 et fait aujourd'hui partie de la collection du Musée de Vancouver.
  • UN DIAMÈTRE DE 180 MILLIMÈTRES! D'une précision inouïe, les formes fluides de l'œuvre de Charles Edenshaw se prêtent magnifiquement à la création de cette pièce de 5 kilogrammes. Son diamètre de 180 millimètres en fait la surface idéale où reproduire le style et les détails caractéristiques du travail de l'artiste.
  • UNE COLLABORATION AVEC L'ARTISTE HAÏDA JAMES HART! La Monnaie royale canadienne a conçu le motif avec la collaboration de James Hart, un artiste haïda renommé dont les œuvres sont exposées dans des galeries et des musées du monde entier. M. Hart est par ailleurs l'arrière-arrière-petit-fils de Charles Edenshaw, dont il détient le titre héréditaire de chef de la moitié de l'Aigle. Il agit souvent à titre d'expert-conseil dans le cadre de restaurations et d'installations d'objets haïdas, et il conçoit des œuvres originales pour nombre d'institutions et de collectionneurs privés. Sa création monumentale, The Dance Screen (The Scream Too), a été reproduite en 2015 sur une pièce de 500 dollars frappée par la Monnaie dans 5 kilogrammes d'argent.
  • FABRIQUÉE À PARTIR D'UNE SEULE COULÉE D'ARGENT PUR! Chacune des 100 pièces de cette émission a été soigneusement fabriquée à partir d'une seule coulée d'argent pur, et son motif, méticuleusement gravé dans les moindres détails. À elle seule, la production des coins, fabriqués à partir d'un modèle numérique de pointe reproduisant la sculpture originale en trois dimensions, a exigé environ quatre semaines de travail, et jusqu'à quatre graveurs y travaillaient en même temps. Ont suivi environ 200 heures de travail sur la fraiseuse pour la gravure du coin, puis quatre semaines de polissage et de texturation à la main. Ce coin a ensuite servi à frapper chaque pièce jusqu'à huit fois.
  • PIÈCE DE 5 KILOGRAMMES EN ARGENT PUR À 99,99 %! Aucune TPS ni TVH.
  • CINQUIÈME EN SON GENRE! Cette pièce est seulement la cinquième en son genre à être produite par la Monnaie royale canadienne.
  • TIRAGE MONDIAL LIMITÉ à seulement 100 exemplaires.

Motif

Le motif au revers, réalisé par des graveurs de la Monnaie royale canadienne en concertation avec l'artiste haïda James Hart, est une interprétation détaillée du coffre en argilite fabriqué sur commande par Charles Edenshaw pour le Dr Israel Wood Powell, en 1882. Il illustre la figure centrale de ce coffre : un lion doté d'une chevelure, d'un menton et d'un nez humains. Flanquée de deux mains d'apparence humaine, la tête de l'animal est encerclée, semblant émerger d'une caverne. L'arrière-plan présente des ovoïdes fluides et organiques, des formes en U et d'autres motifs haïdas typiques, ainsi qu'un espace négatif finement hachuré – tous des traits caractéristiques de l'œuvre de Charles Edenshaw. Au revers sont gravés la mention « CANADA » et le millésime « 2016 », tandis qu'à l'avers figurent la valeur nominale de la pièce, « 500 DOLLARS », de même que le poids et le degré de pureté, « 5 kg 9999 », et l'effigie de Sa Majesté la reine Elizabeth II, selon Susanna Blunt.

Tahayren : L'homme qui devint Charles Edenshaw

D'abord nommé Tahayren, l'homme connu sous le nom de Charles Edenshaw naquit en 1839 à Skidegate, dans l'archipel Haida Gwaii, en Colombie-Britannique. En 1885, il devint le chef Eda'nsa de la moitié de l'Aigle. Sa femme K'woiyang et lui furent baptisés la même année, et on leur donna les noms européens Charles et Isabella Edenshaw.

M. Edenshaw devint l'un des plus importants gardiens de la culture haïda, à une époque où d'immenses difficultés vinrent miner le mode de vie de ce peuple – notamment la variole, qui faillit décimer totalement la population dans les années 1860. Heureusement, son attachement à l'histoire orale et au langage visuel haïdas contribua à préserver cette culture. Il produisit non seulement certaines des plus belles sculptures haïdas, mais il aida également les chercheurs de son époque à comprendre les figures et les récits de son peuple. Dans les années 1890, M. Edenshaw était considéré par les collectionneurs et les anthropologues comme le plus grand sculpteur haïda vivant, et des musées lui commandèrent des œuvres originales et des modèles d'immenses objets haïdas, comme des mâts totémiques, afin d'en préserver la mémoire avant qu'ils ne disparaissent.

La passion et le dévouement de Charles Edenshaw pour son art et les traditions de son peuple continuèrent de se faire sentir longtemps après son décès. Il inspira plusieurs générations d'artistes haïdas, dont certains des créateurs contemporains les plus connus de la côte Ouest, comme James Hart, Bill Reid et Robert Davidson.

L'art de l'argilite

L'argilite est un minéral rare, issu de l'évolution géologique de la côte nord-ouest du Canada : les îles Haida Gwaii sont le seul endroit où on en trouve au pays. Il s'agit d'une forme d'argile extrêmement durcie, composée de particules très fines et compactes; n'ayant pas tendance à se fendre et à se fragmenter comme la plupart des argiles schisteuses, elle se prête remarquablement bien à la sculpture. Les sculpteurs haïdas travaillaient depuis longtemps cette ardoise, mais l'attrait qu'elle exerçait sur les consommateurs européens en fit un matériau de choix au XIXe siècle.

Le motif de cette pièce est inspiré d'un coffre d'argilite créé par Charles Edenshaw. Faisant maintenant partie de la collection du Musée de Vancouver, cette œuvre a d'abord été achetée par Israel Wood Powell, homme d'affaires, médecin, surintendant des Affaires indiennes de la Colombie-Britannique (de 1872 à 1889) et fervent collectionneur d'objets des peuples haïda et tsimshian. En fait, M. Powell avait commandé ce coffre, ainsi qu'un deuxième, pour en faire cadeau à la princesse Louise, fille de la reine Victoria, lors de son passage à Victoria (Colombie-Britannique) en 1882. Le lion qui figure sur le coffre, ainsi que les deux têtes de sanglier qui ornent ses extrémités, se trouvent d'ailleurs sur les armoiries du duc d'Argyll, le mari de la princesse. Toutefois, M. Powell a finalement choisi de remettre le coffre à sa propre épouse.

Emballage

Le sublime coffret de collection est une première à la Monnaie royale canadienne, tout comme la capsule circulaire qui renferme la pièce elle-même! Fait de bois à fil enchevêtré, il porte le logo de la Monnaie, et sa conception vous permet de mettre en valeur la grande beauté de votre pièce comme bon vous semble. Vous pouvez ainsi exposer la pièce dans le coffret même – une fenêtre ronde en acrylique aux dimensions parfaites a été taillée dans le couvercle – ou l'insérer dans le cadre sur mesure qu'il contient. Quant au certificat de la pièce, un carré de 20,32 centimètres (8 po) de côté, il se situe sous le compartiment de présentation, dans un tiroir spécial à ressorts. L'intérieur du coffret, entièrement recouvert par flocage, a l'aspect du velours noir. Le coffret est inséré dans un boîtier personnalisé et livré dans une boîte d'expédition protectrice NanukMC faite au Canada.

Commandez votre exemplaire dès aujourd'hui!

Évaluations

Spécifications

  • No155459
  • Tirage100
  • Compositionargent pur à 99,99 %
  • Finiépreuve numismatique
  • Poids (g) 5 000
  • Diamètre (mm) 180
  • Tranchedentelée
  • Certificatnuméroté
  • Valeur nominale500 dollars
  • Artistegraveurs de la MRC (revers), Susanna Blunt (avers)

Articles visionnés récemment