Pièce en argent fin à très haut relief – L’art sculptural du Parlement : Marmouset d’un homme vert sauvage – Tirage : 4 000 (2016)

Pièce en argent fin à très haut relief – L’art sculptural du Parlement : Marmouset d’un homme vert sauvage – Tirage : 4 000 (2016)

Follow us on YouTube Imprimer cette page

Pièce en argent fin à très haut relief – L’art sculptural du Parlement : Marmouset d’un homme vert sauvage – Tirage : 4 000 (2016)

149,95 $CAN
Tirage : 4 000
Seulement au Canada et aux É.-U.

PIÈCE REMARQUABLE À TRÈS HAUT RELIEF! Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

Situés en plein centre de la capitale nationale sur un promontoire dominant la majestueuse rivière des Outaouais et les collines de la Gatineau au loin, les édifices du Parlement du Canada représentent le cœur de notre démocratie. Ils renferment dans leurs murs majestueux une collection extraordinaire de milliers de sculptures canadiennes. La Monnaie royale canadienne est fière de présenter l’une des nombreuses œuvres magnifiques qui ornent ces édifices avec la première émission de sa série exceptionnelle de pièces en argent pur à 99,99 % représentant des sculptures inspirées de l’art sculptural du Parlement.

Procurez-vous cette pièce ornée d’une des œuvres sculpturales les plus légendaires du Canada! Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

Caractéristiques particulières
  • ARGENT PUR À 99,99 %! Le motif à très haut relief de chacune des trois pièces en argent pur à 99,99 % de la série représente une sculpture ornant les murs de l’édifice de l’Est du Parlement, revisitée par le sculpteur du Dominion Phillip White. Les pièces de cette série sont :
    • Pièce no 1 : Marmouset d’un homme vert sauvage
    • Pièce no 2 : Marmouset d’un homme vert feuillu
    • Pièce no 3 : Dévoilement le 5 juillet
  • TRÈS HAUT RELIEF! Ce motif expressif donne l’illusion de se détacher de la pièce en raison de la gravure détaillée à très haut relief.
  • CHAQUE PIÈCE A ÉTÉ PRODUITE DE MANIÈRE À RESPECTER LES TECHNIQUES DE SCULPTURE ORIGINALES! Les graveurs de la Monnaie royale canadienne ont collaboré étroitement avec le sculpteur du Dominion pour interpréter les motifs des pièces, procédant notamment à une analyse des outils et des techniques qui auraient été utilisés pour sculpter de telles œuvres dans la pierre.
  • Aucune TPS ni TVH.

Motif
Rehaussé d’une gravure à très haut relief, le motif au revers s'inspire d'une œuvre décorant l'édifice de l'Est du Parlement, revisitée par le sculpteur du Dominion Phillip White. Associé à la mythologie de l’ère préchrétienne, cet homme au visage féroce et à l’expression hagarde symboliserait la croissance et la renaissance ainsi que les cycles de la vie. Le motif de l’homme vert est généralement composé à partir d’un feuillage dense. Ici, ses cheveux, ses sourcils, sa moustache et sa barbe sont constitués de feuilles, dans une œuvre délicatement ciselée en très haut relief.

Le saviez-vous?

Les édifices de la Colline du Parlement figurent parmi les exemples les plus importants au monde du style architectural néogothique. Qu’il s’agisse des édifices du Centre, de l’Est ou de l’Ouest, chacun intègre en effet des éléments de ce style, mais d’une manière typiquement canadienne, c’est-à-dire en incluant une thématique et des matériaux canadiens aux arcs-boutants, aux arcs en tiers-point et à la maçonnerie en pierre qui sont caractéristiques de l’architecture gothique, apparue en Europe pendant le Moyen Âge. Les Canadiens seront peut-être surpris d’apprendre que des milliers de sculptures ornent les édifices du Parlement, à l’intérieur comme à l’extérieur (il y en a environ trois milles à l’extérieur seulement). Ces œuvres comprennent des sculptures d’animaux mythiques et d’espèces de la faune et de la flore canadiennes, des sculptures ornementales et décoratives sur les portes, les tympans et les cloisons de pierre et de bois, des figures, des faîteaux et des grillages en fer forgé, des armoiries et des insignes, des hauts et des bas-reliefs représentant des personnages et des événements historiques (y compris une frise de 16 panneaux racontant 25 000 ans d’histoire de la masse terrestre et de la nation canadiennes), des bustes, des statues et des portraits, des plafonds voûtés richement ornementés, des vitraux d’une beauté saisissante et d’innombrables feuilles d’érable sculptées.

Les édifices du Parlement présentent également des centaines de marmousets, qui sont des figures fantastiques ornementales sculptées dans la pierre ou le bois. Dans le style architectural gothique et néogothique, ce type de sculptures ornementales a pour sujet de prédilection les monstres et les créatures mythiques. Le motif de la présente pièce s’inspire d’un marmouset qui orne l’édifice de l’Est de la Colline du Parlement et représente la figure d'un homme vert sauvage. Généralement composé d’un visage humain formé à partir d’un feuillage dense ou apparaissant dans une telle végétation, le motif de l’homme vert symbolise le cycle des saisons et des années en plus d’évoquer, de manière plus large, les idées de croissance, de renaissance et de résurrection. Il est étroitement associé au motif de l’homme sauvage, figure farouche, hirsute et mystérieuse aussi inspirée de la mythologie européenne de l’ère préchrétienne. Dans le contexte du style néogothique, ces deux figures sont habituellement représentées avec des traits menaçants ou humoristiques.

  • Se trouvent dissimulés parmi les centaines de sculptures qui embellissent l’intérieur des édifices du Parlement des licornes et des dragons, des portraits fantaisistes comme ceux de Thomas Fuller, architecte d’origine du premier édifice du Centre, et de John A. Pearson, architecte responsable de la reconstruction de l’édifice du Centre après sa destruction par un incendie le
    3 février 1916, des hiboux sénateurs coiffés d’une perruque et portant l’écu, des gargouilles et des chimères rugissantes, des dinosaures, des câbles de télécommunication enroulés, des figures issues de la mythologie des Premières Nations, un sénateur jouant au golf, un député pourvu de trois langues prononçant un discours, un visage avec un doigt posé devant les lèvres pour avertir les députés de tenir leurs secrets, et plus encore.
  • Pendant la majeure partie de l’histoire du Parlement, l’atelier de sculpture se trouvait dans le sous-sol de la Chambre du Sénat (édifice du Centre). Les maçons et les sculpteurs ne pouvaient y travailler que la nuit et pendant le congé parlementaire estival, ce qui leur imposait des conditions de travail irrégulières marquées d’interruptions fréquentes. L’atelier a par la suite été déménagé à l’extérieur de l’enceinte du Parlement afin de permettre aux travailleurs de mener leurs activités pendant les heures normales de travail et de profiter de la lumière du jour.
  • La production des sculptures de l’édifice du Centre a commencé en 1916 et se poursuit toujours. Selon la conception d’origine de l’édifice, il reste environ 170 blocs de pierre à sculpter. Les édifices du Parlement sont les seules constructions d’un gouvernement fédéral d’Amérique du Nord à être le lieu de tels travaux de sculpture à plein temps constituant plus que de simples activités de restauration permanentes.
  • Le Canada a eu cinq sculpteurs officiels (appelés sculpteur du gouvernement fédéral ou sculpteur du Dominion) ayant pour rôle d’achever l’ornementation intérieure et extérieure et d’assurer la conservation et la restauration des édifices du Parlement : Cléophas Soucy (1936-1949), William Oosterhoff (1950-1962), Eleanor Milne (1962-1993), Maurice Joanisse (1993-2006) et Phillip White (2006 à aujourd’hui).
  • Dans les années 1990, le sculpteur du Dominion Maurice Joanisse a entrepris la tâche considérable de cataloguer chacune des œuvres situées à l’extérieur des édifices de l’Est, de l’Ouest et du Centre. Il les a photographiées et a consigné leurs dimensions, leur état et leur histoire. Certaines étaient dans un état si lamentable qu’il a dû interrompre son travail de catalogage pour les réparer sans délai. Il a compilé dans une base de données des renseignements sur plus de 3 000 œuvres seulement à l’extérieur des édifices.

Emballage
La pièce est encapsulée et présentée dans un boîtier à double coque bordeaux orné du logo de la Monnaie royale canadienne. Le boîtier est assorti d’une boîte protectrice illustrée.

Commandez votre exemplaire dès aujourd'hui!

Évaluations

Spécifications

  • No151335
  • Tirage4 000
  • Compositionargent pur à 99,99 %
  • Finiépreuve numismatique
  • Poids (g) 30,75
  • Diamètre (mm) 36
  • Tranchelisse
  • Certificatnuméroté
  • Valeur nominale25 dollars
  • ArtistePhillip White (revers), Susanna Blunt (avers)