Pièce de 1 oz en argent fin – Le front intérieur canadien : Premiers sous-marins canadiens de la Pre

Pièce de 1 oz en argent fin – Le front intérieur canadien : Premiers sous-marins canadiens de la Première Guerre mondiale - Tirage : 7 500 (2015)

Follow us on YouTube Imprimer cette page

Pièce de 1 oz en argent fin – Le front intérieur canadien : Premiers sous-marins canadiens de la Première Guerre mondiale - Tirage : 7 500 (2015)

89,95 $CAN
Tirage : 7 500
Seulement au Canada et aux É.-U.

À la défense du Canada : la flotte de sous-marins de la Colombie-Britannique. Deuxième émission de la série de quatre pièces Le front intérieur canadien. Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

« L’arrivée des sous-marins suscita l’enthousiasme et un sentiment de protection […] »

À la veille de la Première Guerre mondiale, la Marine royale canadienne était encore toute jeune, affichant un effectif d’à peine 350 hommes et une flotte gravitant autour de deux croiseurs vieillissants. Alors que la menace imminente de la guerre exacerbait la peur d’une attaque navale, particulièrement en Colombie-Britannique, une occasion unique se présenta à l’été de 1914, grâce à laquelle le Canada put acquérir ses premiers sous-marins, dont l’un figure sur cette remarquable pièce.

À l’été de 1914, alors que la vulnérabilité du Canada devenait de plus en plus préoccupante, une occasion unique se présenta à sir Richard McBride, alors premier ministre de la Colombie-Britannique. Deux sous-marins avaient été construits à Seattle, dans l’État de Washington, pour le compte du gouvernement chilien. Comme ce dernier n’honorait pas ses engagements financiers, le président de la société Seattle Construction and Drydock, J.V. Paterson, retint les sous-marins et chercha à les vendre au plus offrant.

Sir Richard McBride estima que les sous-marins seraient un ajout inestimable à la flotte stationnée sur la côte du Pacifique et une véritable bénédiction pour la défense de sa province. S’ensuivit une rafale de réunions et de négociations, car le temps pressait : En effet, la guerre serait déclarée d’un jour à l’autre, et les États-Unis signeraient leur déclaration de neutralité, ce qui les empêcherait de fournir de l’équipement militaire à tout pays belligérant.

Pendant que Londres et Ottawa peinaient à réunir les fonds rapidement avant la transaction, Richard McBride décida d’acheter les sous-marins à l’aide de fonds de la province. Il accepta les conditions de Paterson, qui exigea le règlement en espèces à la livraison : environ 1 150 000 $, soit deux fois le budget de la Marine royale canadienne à l’époque.

Le 4 août 1914, quelques heures avant la déclaration de la guerre, les sous-marins plongèrent discrètement, sous le couvert de la nuit et du brouillard, et arrivèrent le lendemain matin à Esquimalt, en Colombie-Britannique. L’opération fut menée si rapidement que Robert Borden, le premier ministre du Canada, n’eut pas le temps d’envoyer son autorisation officielle, quoiqu’il télégraphiât un message félicitant sir Richard McBride en ces termes : « nous apprécions bien chaleureusement votre geste, grâce auquel la sécurité sur la côte du Pacifique sera renforcée […] » Le 7 août, le gouvernement du Canada acquit les bâtiments du gouvernement de la Colombie-Britannique, lesquels devinrent les premiers sous-marins de la Marine royale canadienne.

Cette pièce commémorative constitue un magnifique ajout à toute collection consacrée aux thèmes militaire, naval ou historique. Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

Caractéristiques particulières
•  LA PIÈCE EST ÉGALEMENT VENDUE PAR ABONNEMENT À LA SÉRIE DE QUATRE! Abonnez-vous dès aujourd’hui à la série et vous recevrez les quatre pièces au rythme d’une par mois.
•  La deuxième pièce de la série Le front intérieur canadien, commémorant l’effort de guerre au Canada.
•  Le motif minutieusement détaillé illustre l’un des premiers sous-marins que le Canada acquit en août 1914 afin de renforcer la défense de son littoral pacifique.
•  À l’instar des prochaines pièces de la série, au revers figure une carte régionale qui présente le sujet dans son contexte géographique.
•  Faite d’argent pur à 99,99 %, la pièce a un tirage limité à 7 500 exemplaires.
•  Aucune TPS ni TVH.

À propos du motif
Le motif au revers, œuvre de Yves Bérubé, met en valeur l’importance des deux sous-marins qui renforcèrent la flotte de la Marine royale canadienne en août 1914. Le sous-marin de classe CC figure fièrement au centre du champ, la coque pointant vers le spectateur comme si le bâtiment de guerre émergeait de l’image. La quille et les barres de plongée se trouvent sous l’eau; sur le pont, un officier debout devant la tourelle de commandement scrute l’horizon. À l’arrière-plan, à droite du sous-marin, s’étend une carte magnifiquement détaillée du littoral de la Colombie-Britannique. Cet élément permet d’inscrire l’histoire des premiers sous-marins canadiens dans son contexte géographique et montre le littoral où ils patrouillaient.

Le saviez-vous?
•  Le CC-1 et le CC-2 furent conçus pour atteindre une vitesse de croisière de 13 nœuds au fil de l’eau et de 10 nœuds sous l’eau; leur déplacement était de 313 tonnes en surface et de 421 tonnes en plongée.
•  Le CC-1 faisait presque 44 mètres de longueur (144 pieds) et comportait cinq tubes lance-torpilles; un peu plus long en raison de sa proue effilée, le CC-2 mesurait un peu plus de 46 mètres (soit 152 pieds) et comptait trois tubes lance-torpilles.
•  Aucun des deux sous-marins n’avait de canon de pont, ce qui leur laissait les torpilles pour seul moyen de défense. Or, celles-ci n’étaient pas incluses dans la vente et durent être expédiées d’Halifax, de l’autre bout du pays!
•  En 1917, le CC-1 et le CC-2 étaient les premiers bâtiments de guerre de l’Empire britannique à franchir le canal de Panama.
•  Malheureusement, le périple jusqu’à Halifax en 1917 s’avéra trop exigeant pour les deux sous-marins, tout particulièrement pour les moteurs, qui furent déclarés inaptes au service à l’arrivée au port, puis vendus à la casse en 1920.

Emballage
La pièce est encapsulée et présentée dans un boîtier à double coque bordeaux orné du logo de la Monnaie royale canadienne. Le boîtier est assorti d’une boîte protectrice illustrée.

Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

Évaluations

Spécifications

  • No133224
  • Tirage7 500
  • Compositionargent pur à 99,99 %
  • Finiépreuve numismatique
  • Poids (g) 31,39
  • Diamètre (mm) 38
  • Tranchedentelée
  • Certificatnuméroté
  • Valeur nominale20 dollars
  • ArtisteYves Bérubé (revers), Susanna Blunt (avers)