Inscrivez-vous à notre liste d'envoi! Vous receverez des mises à jour de la Monnaie par courriel

Cliquez sur OK pour recevoir des courriels de la Monnaie et ne jamais manquer nos nouveautés!
Inscription annulable en tout temps.

Envoyer cette page
Vos pièces de 1 $ et de 2 $ ont changé

Contexte

Voici une rétrospective de l'évolution des pièces de circulation canadiennes, incluant certaines des « premières mondiales » qu'a connues la Monnaie :

Le Canada commence à fabriquer ses propres pièces

À l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la Monnaie à Ottawa, le 2 janvier 1908, le gouverneur général Earl Grey a mis en marche les presses qui ont frappé la première pièce produite au Canada — une pièce de 50 cents en argent arborant le portrait de Sa Majesté le roi Edward VII. La Monnaie a ouvert ses portes à Ottawa en tant que succursale de la Monnaie royale britannique, responsable de la fabrication des pièces utilisées au Canada.

Évolution de la Monnaie

1931 : La Monnaie cesse d'être une succursale de la Monnaie royale britannique. Elle devient une institution entièrement canadienne et adopte le nom de Monnaie royale canadienne.
1969 : La Monnaie devient une société d'État dont le mandat est de mener ses activités en tant qu'entreprise rentable plutôt que simple fournisseur de pièces canadiennes.
1976 : Les installations de fabrication de grande capacité et de pointe de la Monnaie ouvrent officiellement leurs portes à Winnipeg. Depuis, c'est là que toutes les pièces de circulation canadiennes et celles d'autres pays du monde entier sont produites, soit jusqu'à 20 millions de pièces de circulation par jour, pour un total de plus de 4 milliards de pièces par année.

De nouvelles pièces de circulation pour le Canada

1937 : À la suite de l'accession au trône de George VI en tant que nouveau monarque du Canada, de nouveaux thèmes emblématiques sont adoptés pour les motifs ornant le revers des pièces de circulation canadiennes de 1, 5, 10, 25 et 50 cents afin de mieux refléter l'identité canadienne. C'est ainsi que sont apparus les motifs classiques de la feuille d'érable, du castor, du Bluenose, du caribou et des armoiries, qui figurent toujours le revers de ces pièces.
1987 : La pièce de circulation de un dollar est lancée. Elle constitue une solution de remplacement économique au billet de un dollar — 20 fois plus durable que celui-ci. Avec son revers arborant un motif de plongeon huard, elle est rapidement surnommée le « huard ». Cette pièce dorée à 11 côtés est constituée d'un noyau de nickel plaqué bronze ton or. Plus d'un milliard de ces pièces ont été fabriquées entre 1987 et 2012.
1996 : Afin de permettre des économies additionnelles, le billet de deux dollars est éliminé et remplacé par la nouvelle pièce de circulation bimétallique de deux dollars. Cette pièce rapidement adoptée par les Canadiens est composée d'un disque de bronze d'aluminium entouré d'un anneau extérieur de nickel pur. Grâce à un mécanisme breveté de verrouillage mis au point par la Monnaie, la partie centrale de la pièce peut supporter jusqu'à 181 kilogrammes de pression, ou dix fois la force exercée par une main humaine. Plus de 700 millions de pièces ont été produites entre 1996 et 2012.

Évolution de la science de la fabrication de pièces — la Monnaie lance sa technologie de placage multicouche de l'acier

Après avoir dépendu durant une grande partie de son histoire de compositions métalliques simples comme l'or, l'argent, le nickel et le cuivre, la Monnaie opte pour des compositions en alliage vers la fin du vingtième siècle, afin de réduire le coût de fabrication des pièces de valeur nominale peu élevée. Bien que ce changement ait permis de réaliser des économies temporaires, la Monnaie doit trouver une solution à long terme pour gérer le coût de la production des pièces, afin de faire face à la fluctuation du cours des métaux, et pour améliorer la durabilité des pièces.

En 2000, la technologie brevetée de placage multicouche de l'acier de la Monnaie est appliquée aux pièces de circulation canadiennes de 1, 5, 10, 25 et 50 cents et révolutionne rapidement l'industrie. Cette technologie permet de réaliser des économies de coûts immédiates et d'améliorer la durabilité des pièces. Elle permet également à la Monnaie de contrôler l'épaisseur de placage des couches successives de nickel ou de laiton et de cuivre. Cette façon de faire procure une souplesse accrue pour la définition de l'empreinte électromagnétique, comparativement aux pièces en alliage non plaquées de mêmes dimensions.

La Monnaie est le seul fabricant de pièces au monde à utiliser ce processus. Elle produit des pièces de circulation plaquées multicouche pour un nombre croissant de clients à l'échelle internationale.

En 2012, les pièces canadiennes de un dollar et de deux dollars bénéficient à leur tour des avantages de la technologie de placage multicouche de l'acier. Le niveau d'intégrité des pièces de circulation canadiennes de valeur nominale élevée devient encore plus sécuritaire grâce à l'ajout de caractéristiques de sécurité visibles telles que des marques au laser microgravées sur les deux pièces, ainsi qu'une image virtuelle et le lettrage sur tranche sur la pièce de deux dollars.

Autres innovations de la Monnaie royale canadienne

Première pièce de circulation colorée au monde — En 2004, la Monnaie devient la première (et demeure la seule) monnaie au monde à émettre une pièce de circulation colorée, avec le lancement de la pièce de circulation commémorative de 25 cents au coquelicot rouge. Depuis, la Monnaie a produit plusieurs autres pièces de circulation colorées dont, en 2006, la pièce de 25 cents primée arborant un ruban rose afin de sensibiliser la population à la lutte contre le cancer du sein.

Première pièce de circulation colorée « orientée » au monde — En 2008, la Monnaie produit une pièce de circulation de 50 Toea pour les Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il s'agit de la première pièce colorée mise en circulation ailleurs qu'au Canada et également de la première à être ornée d'un motif coloré « orienté » au moyen d'une technologie évoluée que la Monnaie a mise au point avec une entreprise de robotique canadienne. Ce processus de coloration unique fait appel aux plus récents systèmes de robotique et de vision afin d'orienter les pièces avec précision. Parmi les exemples récents d'application de cette technologie canadienne, mentionnons les pièces de circulation de 25 cents émises en 2009 pour souligner les trois meilleurs moments canadiens des Jeux olympiques d'hiver ainsi que les trois pièces de circulation commémoratives de 25 cents émises en 2011 pour rendre hommage à la nature légendaire du Canada.

Premières pièces au monde pouvant être authentifiées par « activation numérique non destructrice » (ANN) — En collaboration avec un partenaire privé, la Monnaie a mis au point et fait breveter un processus appelé « activation numérique non destructrice » (ANN), qui balaie la structure de surface unique de chaque pièce afin de créer une empreinte numérique exclusive. Ces données sont stockées dans une base de données et utilisées pour confirmer l'authenticité de chaque pièce fabriquée par la Monnaie, malgré l'usure normale subie par la pièce au cours de son cycle de vie. Cette technologie peut être utilisée pour authentifier des pièces de circulation, de collection et d'investissement.