allbirthdaycanadianacommemorativegiftholidayslunarmoins_de_50MONEY BACKGUARANTEE100%REMBOURSEMENT GARANTI100%newbornpopsportssubssubssubssubssubssubssubssubssubssubstraditionalunder_50wedding

Pièce convexe en argent pur - 180e anniversaire du baseball au Canada - Tirage : 5 000 (2018)

Pièce convexe en argent pur - 180e anniversaire du baseball au Canada - Tirage : 5 000 (2018)

Archivé
159,95 $CAD
Tirage : 5 000
STATUT :
Seulement au Canada et aux É.-U.

Les « coutures » gravées rappellent une balle de baseball! Commandez dès aujourd’hui!

« Aucune règle ne contraignait à frapper la balle, excepté celle de l’honneur… » – Dr Adam E. Ford, Sporting Life, le 5 mai 1886

Le 4 juin 1838, il aura suffi, pour écrire une page de l’histoire du sport, d’un terrain vague, d’un bâton sculpté dans le bois de cèdre et d’une balle confectionnée avec du fil retors et du cuir de vachette. Cette pièce magnifiquement ciselée en l’honneur de l’un des premiers matchs de baseball à avoir été documenté non seulement au Canada, mais aussi aux États-Unis, vous transportera à Beachville, en Ontario, il y a 180 ans. D’une forme convexe rappelant celle d’une balle de baseball, cette pièce est ornée d’une œuvre qui souligne un moment historique et rend hommage à un sport très aimé dont les bruits de frappe et de foule rythment les étés des Canadiens depuis des générations.

Si vous aimez le baseball, cette pièce convexe est l’objet de collection parfait pour vous! Commandez dès aujourd’hui!

Caractéristiques particulières
  • UNE CÉLÉBRATION DE L’HISTOIRE DU BASEBALL AU CANADA. Un hommage spécial en l’honneur du 180e anniversaire du premier match de baseball documenté à avoir été disputé au Canada.
  • UNE PIÈCE CONVEXE QUI RESSEMBLE À UNE BALLE DE BASEBALL. La forme bombée exceptionnelle de cette pièce convexe en argent pur, évoquant une balle de baseball, fait du revers la toile de fond idéale pour célébrer ce sport, tandis que les « coutures » finement ciselées ajoutent un réalisme fou.
  • UN HOMMAGE À UN MATCH HISTORIQUE. Cette représentation artistique d’un match disputé en 1838 à Beachville, en Ontario, place l’observateur au premier rang, derrière le marbre.
  • UNE TECHNIQUE MODERNE QUI CRÉE UNE IMPRESSION D’ÉPOQUE. Des techniques de gravure modernes et des procédés de pointe confèrent à cette œuvre une allure ancienne remarquable et une multitude de détails. La nature historique du portrait se décline d’ailleurs dans bien d’autres éléments du motif, du choix de la police à l’équipement sportif d’époque.
  • INSCRIPTION À DOUBLE DATE. Les dates commémoratives « 1838 » et « 2018 » soulignent l’anniversaire.
  • CARACTÈRES D’ÉPOQUE. La valeur nominale « 25 DOLLARS » est gravée dans une police antique.
  • CERTIFICAT NUMÉROTÉ. La Monnaie royale canadienne certifie l’authenticité de toutes ses pièces de collection. La plupart sont accompagnées d’un certificat portant un numéro unique, la série commençant à 1.
  • TIRAGE MONDIAL LIMITÉ à seulement 5 000 exemplaires. Commandez votre exemplaire avant qu’il ne soit trop tard!
  • PIÈCE EN ARGENT PUR À 99,99 %! Aucune TPS ni TVH.

Motif

Le motif au revers, œuvre de l’artiste Steve Hepburn, allie savamment art et technique de pointe pour recréer un moment marquant de l’histoire sportive. Le revers bombé, rehaussé de coutures gravées, évoque la forme d’une balle de baseball, une toile de fond propice à cette représentation du premier match documenté à avoir été disputé en sol canadien, le 4 juin 1838, à Beachville, en Ontario. Le motif, ciselé avec une précision et un souci du détail remarquables, place l’observateur en plein cœur de l’action, derrière le marbre. Les joueurs de Beachville et de Zorra sont en place. L’équipe au champ est prête à attraper la balle, tandis qu’un batteur agrippe fermement sa batte en suivant des yeux la balle que vient d’envoyer le lanceur. À la droite de celui-ci, l’arbitre se concentre pour déterminer si la balle est fausse ou en jeu. Au bas est gravée la valeur nominale « 25 DOLLARS » dans une police antique. La bannière qui couronne la scène porte les dates commémoratives « 1838 » et « 2018 » de part et d’autre d’une reproduction de l’équipement de l’époque, soit deux battes en croix et une balle de fil retors recouverte de cuir de veau cousu.

Histoire

Le baseball n’est pas né ici, mais ses racines au Canada sont profondes. À preuve, un article du Dr Adam Ford, paru le 5 mai 1886 dans la revue Sporting Life, relatait dans ses moindres détails un match disputé le 4 juin 1838 à Beachville, en Ontario.

On fait mention du baseball – ou de ce qui s’y apparentait – dans des documents plus anciens comme des journaux intimes, des quotidiens et des règlements municipaux, mais ces occurrences comportent peu ou pas de détails sur les règles du jeu. Au Canada, le baseball est mentionné dans les écrits dès 1803, notamment à Hamilton, dans le Haut-Canada, où des documents rédigés le 4 juin 1819 viennent confirmer les dires du Dr Ford selon lesquels le match s’inscrivait dans les célébrations entourant le rassemblement de la Milice et l’anniversaire du roi George III.

On trouve des mentions écrites du baseball dès le 18e siècle dans ce qui est devenu les États-Unis, et plus tôt encore en Angleterre et dans le reste de l’Europe. C’est dans les années 1840, à New York, que le baseball voit le jour dans sa forme institutionnalisée, avec des règles semblables à celles que nous lui connaissons aujourd’hui. Au cours des deux décennies qui suivent, on le modernise en l’organisant et en le commercialisant. Simultanément, le sport progresse et prend de l’envergure au Canada, ce qui laisse supposer que les citoyens des deux nations ont contribué à le faire évoluer jusqu’à ce qu’il atteigne une popularité immense. Le sport ressemblait peut-être à notre variante contemporaine lorsqu’a eu lieu, le 4 juin 1838, le match amical opposant des citoyens de Beachville et de Zorra, dans le comté d’Oxford du Sud-Ouest de l’Ontario, mais l’équipement et les règles étaient loin d’être les mêmes.

La balle, plus molle et un peu plus petite qu’à notre époque, était faite de fil retors recouvert de cuir de vachette cousu par le cordonnier du coin. La batte, était en fait un bâton sculpté dans du bois de cèdre dégrossi – en cette matière, on ne faisait pas de caprice, puisque selon le Dr Ford, « le rayon d’une roue de chariot ou n’importe quel bâton droit aurait fait l’affaire ».

Le terrain de jeu comprenait cinq points d’arrêt, soit quatre bases et un marbre. Chaque manche, tous les joueurs allaient tour à tour au marbre pour frapper en plein vol la balle envoyée par le lanceur. Le batteur courait ensuite d’une base à l’autre, mais pas nécessairement en ligne droite. Dans sa description, le Dr Ford mentionne également une pratique nommée « plugging » – à ne pas confondre avec le toucher – qui consistait pour un joueur à en retirer un autre en lançant une balle sur lui. Cette pratique, bien qu’elle était fréquente ailleurs, est souvent associée à la variante du sport nommée « Canadian Game » à laquelle s’adonnaient, jusqu’en 1860, les joueurs du sud-ouest de l’Ontario et les colons plus à l’ouest.

Le saviez-vous?
  • Le 4 juin 1838 était un jour de fête! Comme le prévoit le Statut du Haut-Canada de 1793, le rassemblement de la Milice avait lieu tous les ans le jour où était célébré l’anniversaire de George III.Cette année-là correspondait au 100e anniversaire de naissance du défunt roi, qu’un lien unit d’ailleurs au baseball : une lettre datant de 1748 raconte un match de « baseball » auquel ont pris part Frédéric de Galles et sa famille, dont son fils aîné, le futur roi George III.
  • Le compte rendu fait par le Dr Ford du match de 1838 à Beachville fait allusion aux racines historiques du sport au Canada. Y sont mentionnés des « hommes aux cheveux gris » qui dirigent les matchs en fonction de « la façon dont on les jouait quand ils étaient enfants ».
  • Le livre pour enfant A Little Pretty Pocket-Book (Un joli petit livre de poche) est la toute première publication qui fait mention d’un jeu ressemblant au baseball.
  • De nombreux écrits indiquent que des sports plus anciens s’apparentant au baseball étaient pratiqués au Canada. Par exemple, un journal de Nouvelle-Écosse parle de balle et de batte en 1841. En Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique, on a découvert des battes rudimentaires dont le « rounder », un bâton court destiné à la balle molle.
  • La variante appelée « Canadian Game » se jouait généralement en deux manches au cours desquelles s’affrontaient deux équipes de 11 joueurs. Vers la fin de la décennie 1850, les joueurs du sud-ouest de l’Ontario commencent à adopter la façon de jouer new-yorkaise, plus rapide, en neuf manches opposant neuf joueurs. L’utilisation d’une balle plus lourde en caoutchouc explique alors l’abandon de la pratique du « plugging » au profit de celle du toucher, plus près de la façon de faire moderne.
  • C’est dans la ville de London, dans le sud-ouest de l’Ontario, que l’on retrouve le plus vieux terrain de baseball encore en activité!
Emballage

La pièce est encapsulée et présentée dans un boîtier à double coque bordeaux orné du logo de la Monnaie royale canadienne. Le boîtier est assorti d’une boîte protectrice noire.

Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui!

Évaluations

Spécifications

  • No 164434
  • Tirage5 000
  • Compositionargent pur à 99,99 %
  • Finiépreuve numismatique
  • Poids (g) 30,75
  • Diamètre (mm) 36,07
  • Tranchedentelée
  • Certificatnuméroté
  • Valeur nominale25 dollars
  • ArtisteSteve Hepburn (revers), Susanna Blunt (avers)

Articles visionnés récemment