Retour aux Articles

Les multiples facettes du grizzli

  • 26 juil. 2023
  • Contenu canadien
  • 3 min read

Nous le savons tous : rien, ou presque, n’est plus effrayant qu’une maman ours.

Toutefois, loin du danger, elle se révèle pleine de douceur avec ses oursons, dont elle s’occupe pendant leurs trois premières années, leur inculquant les grandes leçons qui assureront leur survie.

Il y a plusieurs facettes au comportement d’une maman grizzli. Ce n’est pas qu’une créature redoutable et hargneuse que vous espérez ne jamais rencontrer par accident dans l’immensité de la nature canadienne.

Selon la photographe professionnelle canadienne Michelle Valberg, « l’ourse défend farouchement ses petits en se montrant défensive, en grognant ou même en passant à la charge ou à l’attaque si nécessaire. C’est l’instinct maternel qui la pousse à assurer la survie et le bien-être de sa portée par tous les moyens. J’ai déjà vu une ourse faire grimper ses petits dans un arbre pour les tenir loin d’un mâle ».

En revanche, Michelle a aussi pu observer l’incroyable lien entre mère et petits après 30 ans à oser s’approcher des spécimens les plus remarquables de la faune canadienne pour les étudier et les photographier.

Contenu canadien
Contenu canadien

Photos : Michelle Valberg

Nous le savons tous : rien, ou presque, n’est plus effrayant qu’une maman ours.

Toutefois, loin du danger, elle se révèle pleine de douceur avec ses oursons, dont elle s’occupe pendant leurs trois premières années, leur inculquant les grandes leçons qui assureront leur survie.

Il y a plusieurs facettes au comportement d’une maman grizzli. Ce n’est pas qu’une créature redoutable et hargneuse que vous espérez ne jamais rencontrer par accident dans l’immensité de la nature canadienne.

Selon la photographe professionnelle canadienne Michelle Valberg, « l’ourse défend farouchement ses petits en se montrant défensive, en grognant ou même en passant à la charge ou à l’attaque si nécessaire. C’est l’instinct maternel qui la pousse à assurer la survie et le bien-être de sa portée par tous les moyens. J’ai déjà vu une ourse faire grimper ses petits dans un arbre pour les tenir loin d’un mâle ».

En revanche, Michelle a aussi pu observer l’incroyable lien entre mère et petits après 30 ans à oser s’approcher des spécimens les plus remarquables de la faune canadienne pour les étudier et les photographier.

« Puissions-nous continuer à chérir et à protéger les moments extraordinaires que nous vivons avec la faune et reconnaître son importance profonde pour comprendre le monde naturel et nous en rapprocher. » – Michelle Valberg